fbpx

Institut Français des Sciences de l’Homme

Centre de formation professionnelle en naturopathie, Massages-Bien-Être
et médecines complémentaires

Le secours de la naturopathie dans l’épidémie de Covid-19

E-mail

L’épreuve qu’a représenté -pour la société et notre pratique- cette épidémie, a permis aussi de faire ressortir la nécessité d’une autre prise en charge de la santé. Elle ne contredit pas pour autant l’utilité d’un arsenal allopathique lorsque se déclare une maladie sérieuse. Ces deux types de pratiques peuvent s’articuler, mais on ne peut néanmoins les juxtaposer.

En quoi ces approches diffèrent-elles ?

Rappelons quelques bases de la naturopathie…

D’abord le fait d’une approche globale et bien individualisée; pour cela il y a les outils de bilan (y compris iridologique) mais aussi un autre atout, très absent des médecines classiques : le temps. C’est celui de l’anamnèse. Pour cette raison, une première visite ne dure jamais moins de 1 heure et demie.

Ensuite, en lien direct avec l’épidémie actuelle : la prévention et la prise en charge du terrain.

Lutter contre un virus, une bactérie, ou autre agent pathogène, va étroitement dépendre de la capacité de réponse de notre système immunitaire. Celui-ci s’organise autour de divers remparts, innés ou acquis, et doit en tout cas être préservé ou renforcé. L’alimentation moderne ne le permet que fort peu.

Par exemple, que nous offrent les plantes sur ce point ?

- Elles peuvent rééquilibrer diverses catégories de lymphocytes (stimuler notamment la voie Th1 et les lymphocytes effecteurs)

Pour ce faire l’échinacée, le sureau noir, et la réglisse seront des atouts de choix

La nutrithérapie permettra de son côté de restaurer les muqueuses intestinales, avec ou sans apports de probiotiques. 70% de notre réponse immunitaire dépend de la bonne intégrité de ces muqueuses.

Donc, plus que jamais la naturopathie a sa place dans une prise en charge non-médicale de la santé. Il y a même fort à parier que cet épisode épidémique favorisera certaines prises de conscience dans la population sur la nécessité de prendre soin de soi autrement. Choisir le métier de naturopathe est donc plus opportun que jamais.

Notre souci de formateur est de dispenser un enseignement sur des solutions naturelles en mettant en avant des fondements scientifiques, des expérimentations cliniques; et donc ne pas en rester à des « recettes de grands-mères » qui, quoique efficaces pour certaines, ne reposent que sur des transmissions empiriques.

Il est indéniable que plusieurs solutions naturelles, en phytothérapie notamment se sont avérées extrêmement efficaces pour soutenir la lutte de l’organisme face au virus et qu’il est possible d’en décrire les mécanismes d’action.

L’aromathérapie a été validée depuis longtemps, à un niveau pharmacologique ; à tel point qu’il est impossible d’affirmer qu’elle ne soit pas un recours précieux.

Plusieurs molécules ont une action viricide reconnue et peuvent donc être introduite en phase aiguë, qu’il y ait ou non un traitement allopathique.

Étant naturopathe et non médecin, mon cabinet est resté fermé mais mes consultations se sont poursuivies par visioconférence. Cela m’a permis d’être confronté à plusieurs cas de coronavirus.

Certains ont été des cas simples (fièvre, toux, etc.) avec des rémissions sans encombre; d’autres ont dû faire face à des complications du fait de comorbidités parfois importantes. Parmi celles-ci, des complications pulmonaires avec des états de fibrose.

Parmi les aides naturelles dont nous disposons, je souhaiterai faire un focus sur une plante qui a été remarquablement efficace à plusieurs niveaux : la scutellaire (scutellaria baïcalanensis).

C’est une plante à laquelle j’ai fréquemment recours pour compléter les traitements conventionnels contre le cancer (chimiothérapie), dans le cadre de la maladie de Lyme et de certains de ses coinfectants. Parmi ceux-ci nous trouvons des coinfectants viraux : EBV, HSV, CMV, dengue, murine (anciennement sendaï) mais aussi des formes bactériennes (babesia, mycoplasmes etc.). Mycoplasma pneumoniae fait justement partie des opportunistes dans les complications du coronavirus, surtout chez les immunodéprimés.

La scutellaire a des effets indéniables sur tous ces paramètres ; évidemment tout va dépendre de la qualité des extraits et de la concentration des actifs.  J’ai pu retrouver cette efficacité dans le soutien aux personnes atteintes du Covid-19.

Elle module l’activité des cytokines et à ce titre est essentielle pour contenir les rushs inflammatoires qui ont été fatals à nombres de patients, après parfois des jours de soins intensifs.

Des tests cliniques précis ont été faits sur les virus H5N1 et H1N1 et se sont confirmés sur Covid-19.

- la baicaléine inhibe la NA (neuraminidase, enzyme qui permet de libérer les virions grippaux), mais aussi certaines interleukines (IL6 et 8) impliquées dans la flambée inflammatoire, sans l’inconvénients des AINS (qui étaient d’ailleurs clairement déconseillés par les autorités sanitaires)

- la baïcalinine inhibe quant à elle la prolifération du virus lui-même

Dans le totum de la racine, nous trouvons 4 flavonoïdes : baïcaléine, baïcaline, apigénine (comme dans le céleri) et chrysine. Certains efficaces sur Influenza ; d’autres sur les coronavirus

Ces éléments un peu techniques que j’ai souhaité mettre en avant de façon très résumés, non seulement éclairent les raisons de l’efficacité de cette plante, mais illustrent aussi le propos initial qui doit être présent dans nos cours : expliquer les modes d’actions, éclairer les mécanismes biologiques, toujours dans le but d’optimiser nos conseils, même s’ils ne sont médicaux.

C’est-à-dire savoir et pas seulement savoir que : le 2eme n’est qu’une information dont on ignore les fondements.

 

Article rédigé par Laurent Roche Naturopathe et formateur à l'IFSH, publié en Mai 2020. Image : Canva.

Ouverture des inscriptions à nos cursus ce mardi 2 juin 2020. Plus d'infos sur www.ifsh.fr . L'IFSH publie régulièrement sur son blog ses actualités ! 

Affiliations

ifsh logo SPN
ifsh logo APNF
ifsh logo FFMBE
ifsh logo REFORMED
ifsh logo REFORMED
ifsh logo REFORMED

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation